La Bouche de Fer

Two Million Voices

jeudi 19 février 2009 par Cyril

2 000 000 voices. Deux millions de chômeurs. Par ce titre choc, le groupe punk Angelic Upstarts marquait son dégout d’une année de pouvoir thatchérien. Mensi avait vu juste ; le chômage était vraiment le cadet des soucis de la dame de fer. Et le pire restait encore à venir…

 Les morts et les blessés

La lutte contre l’inflation était, pour le nouveau gouvernement, la priorité des priorités, sans grande considération pour la facture sociale afférente. La barre des trois millions de demandeurs d’emploi, chiffre autrefois inconcevable, est ainsi pulvérisée en mai 1983. Sans compter les centaines de milliers de chômeurs « non enregistrés » ou les constantes manipulations des statistiques, lesquelles rendent difficiles toute comparaison d’une année sur l’autre.

Entre temps, la fragile trame sociale s’est déchirée dans l’émeute. Le Nord, bastion travailliste traditionnel, est quasiment sinistré. Ouvriers semi-qualifiés et manoeuvres sont les victimes de choix de la politique Ultra-monetariste du gouvernement, ainsi que les minorités dites « de couleur » et les très jeunes. Ou les trop vieux.

Deux nations, qui se défient et s’excluent mutuellement, se font désormais face, Une situation extreme qu’un haut fonctonnare du Trésor, plutôt monetariste, commentera ainsi : « Au début des années 1980, notre pays est entre en guerre contre l’inflation, dans l’intérêt de tous. Mais maintenant les survivants semblent avoir oublié les morts et les blessés [1].

 Ces pauvres commerçants !

Pour toute réponse. Maggie entend, avant tout, « améliorer » la formation professionelle et, surtout, permettre aux patrons de pratiquer des salaires « réalistes » (c’est-à-dire ridiculement bas) afin de favoriser l’exploitation temporaire des jeunes chômeurs (lesquels disparaissent alors des statistiques, pour un temps…). De mesures sociales d’accompagnement, il n’est évidemment pas (ou peu) question.

De toute façon, le leader conservateur n’avait jamais caché son hostilité aux « gens de couleur envahissant la communauté blanche » [2]. Et comme, finalement, « rien de ce qui est arrive concernant le chômage ne pourrait justifier ces émeutes » [3], il ne restait plus qu’a renforcer « les forces de police en Angleterre et au pays de Galles de plus de six milles hommes » [4] pour défendre « ces pauvres commerçants » [5]

BibIiographie sommaire

Nous avons, une fois de plus, eu recours a l’indispensable receuil dirigé par Monica charlo (L’effet Thatcher, Collection politique comparé) analysant, en profondeur, les rapports étroits unissant Thatchérisme et chômage. Les citations de Maggie sont extraites du Margaret Thatcher de H.Young (Collection Histoire partagée).

[1] Cité par C. Leadbeater.

[2] M. Thatcher. Cité d’après une interview TV. Janvier 1978.

[3] Idem. Chambre des communes. 14 avril 1981.

[4] Idem. Intervention TV. 8 juillet 1981.

[5] Cri du coeur de Maggie devant les premières images des émeutes (et pillages) de Toxteth : « Oh ! Ces pauvres commerçants ! »


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 115257

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire sociale   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License