La Bouche de Fer
Accueil du site > Partage Noir > Leclerc - L’Ami du Peuple

Leclerc - L’Ami du Peuple

Les sans-culottes défendirent, en 1793, le droit à l’existence. Ils eurent à leurs côtés d’humbles agitateurs de quartier : les Enragés. Cette brochure se veut la première étude en français sur l’un de ces agitateurs : Leclerc d’Oze. Elle est suivie d’articles tirés de son journal (repris de Marat) L’Ami du Peuple. Un témoignage inédit sur le mouvement populaire de l’époque.

Articles de cette rubrique


Théophile Leclerc, dit Leclerc d’Oze (Leclerc - L’Ami du Peuple)

vendredi 9 mai 2008 par Partage Noir

En France, la politisation de la Révolution française est telle qu’il n’existe pas de livres sur les militants radicaux tels que les Enragés (ou très peu, ceux de Dommanget étant l’exception). A l’inverse, les études sont nombreuses à l’étranger sur Jacques Roux, Jean-François Varlet ou d’autres. L’explication est simple. Dans notre pays, la Révolution est une arme idéologique et les historiens mettent en avant les factions qui justifient leur propre conception du pouvoir : les girondins pour les républicains modérés, les chouans pour l’extrême droite, Robespierre et les jacobins pour les marxistes.



L’Ami du Peuple n°1 - 20 juillet 1793

Législateurs ! (Leclerc - L’Ami du Peuple)

Législateurs ! Avez-vous à vous plaindre du peuple ? Vous lui avez dit que vous ne pouviez pas sauver la patrie sans lui, il a prêté son bras ; qu’il était temps de se lever, et il l’a fait ; que les Brissotins entravaient vos opérations, et il les a écrasés.



L’Ami du Peuple n°17, 30 août 1793

Députés et sans-culottes (Leclerc - L’Ami du Peuple)

mercredi 30 avril 2008 par Théophile Leclerc, dit Leclerc d’Oze

Nous aurons des subsistances et, malgré l’espèce de disette qu’on éprouve dans ce moment-ci, malgré les inconvénients qu’elle entraîne après elle, quant à la qualité du pain et la perte du temps, le peuple toujours pur ne déviera pas du sentier de la révolution, et plus il fait de sacrifices pour sa liberté, plus il en sentira le prix et moins il lui sera possible d’anéantir en un instant l’ouvrage de quatre années de travaux, de fatigues et de peines.



L’Ami du Peuple n°14 - 23 août 1793

La violence populaire (Leclerc - L’Ami du Peuple)

mardi 29 avril 2008 par Théophile Leclerc, dit Leclerc d’Oze
Si la Convention nationale veut réellement le salut de la patrie, qu’elle nous le prouve, en mettant sur le champ en réquisition [1] tous les sans-culottes de cette ville immense, sans distinction d’état ni d’âge ; que les barrières soient fermées, ainsi que les boutiques ; que toute affaire cesse, (...)


L’Ami du Peuple n°10 - 10 août 1793

Plan de taxation (Leclerc - L’Ami du Peuple)

jeudi 24 avril 2008 par Théophile Leclerc, dit Leclerc d’Oze

La disette factice de farines et de subsistances est actuellement plus que jamais à l’ordre du jour ; des scélérats ont juré d’opérer la contre-révolution par la famine ; et pour cet effet, il n’est pas de moyens qu’ils ne mettent en usage afin de fatiguer le peuple et inspirer un mécontentement général.





Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 113878

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Partage Noir  Suivre la vie du site Leclerc - L’Ami du Peuple   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License